PictoSaint-Brisson

picto accessibilitepicto le giennoispicto espacepicto contactpicto cartepicto livrepicto recherche

logo saint brisson sur loire

Extension du Plan particulier d’intervention (PPI) autour de la centrale nucléaire de Dampierre

La campagne d’information et de mise à disposition de comprimés d’iode a débuté en septembre 2019

Organisée par les pouvoirs publics et EDF, cette campagne a pour objectif de doter l’ensemble des riverains de la centrale nucléaire de Dampierre des comprimés d’iode nécessaires à leur protection en cas d’alerte nucléaire. Elle vise également à leur enseigner les bons réflexes.

Voici quelques rappels sur les questions les plus fréquemment posées :

- en l'absence de coupon de retrait des comprimés d'iode, les particuliers ou les établissements recevant du public (ERP) doivent se munir d'un justificatif de domicile et du nombre de personnes composant le foyer ou l'établissement  pour retirer les comprimés dans les pharmacies fléchées ;

- tous les établissements scolaires de la primaire au secondaire, privés, publics ont été relancés par l'éducation nationale sur cette problématique, ce sont des ERP ;

- pour les assistantes maternelles qui n'auraient rien reçu, il convient de se munir d'un justificatif de domicile et de l'agrément pour disposer des comprimés pour les enfants accueillis ;

- même si certains habitants résident à proximité d’une pharmacie située dans l’ancien périmètre PPI de 10km, ils doivent obligatoirement se rendre dans l’une des officines de la zone de distribution de la présente campagne (=zone 10-20km) qui ont été listées dans les courriers.

Pour en savoir plus, un numéro vert et un site internet

le site www.distribution-iode.com et notamment sa foire aux questions et ses vidéos pédagogiques ;

les conseillers du N° Vert 0 800 96 00 20 (appel gratuit) sont également à votre disposition du lundi au vendredi de 10h à 18h30 et le samedi de 10h à 12h.

EDF IODE en tete Facebook 820x312px

 

 

L’iode : une protection efficace en cas d’accident nucléaire

Si tout est mis en œuvre pour prévenir un accident, les pouvoirs publics se doivent néanmoins d’anticiper une telle éventualité.

En cas d’accident dans un réacteur nucléaire, le rejet d’iode radioactif dans l’atmosphère pourrait constituer un risque sanitaire pour la population. Respiré ou avalé, l’iode radioactif se fixe sur la glande thyroïde et peut accroitre le risque de cancer de cet organe, surtout chez les enfants.

L’iode stable, administré avant l’exposition à l’iode radioactif, permet de saturer la glande qui, ainsi, ne peut plus capter ou fixer l’iode radioactif. Il est particulièrement recommandé pour les personnes dont la thyroïde est la plus sensible vis-à-vis du risque de contamination : les femmes enceintes (fœtus), les bébés et les jeunes de moins de 18 ans.

Chaque foyer et établissement recevant du public (écoles, collectivités, entreprises, administrations, etc.) situé dans le rayon de 10 à 20 km autour de la centrale nucléaire de Dampierre va recevoir un courrier officiel accompagné d’un dépliant d’information. Ce courrier leur permettra de retirer gratuitement des comprimés d’iode dans les pharmacies participantes (liste jointe au courrier et sur www.distribution-iode.com).

Les comprimés d’iode ne protègent que de l’iode radioactif, c’est pourquoi cette campagne a pour but d’enseigner l’ensemble des réflexes qui permettent une protection complète : assurer sa mise à l’abri, préparer son évacuation, etc.

Que se passe-t-il au-delà des 20 km ?

En France, la protection des populations s’appuie sur une organisation qui couvre l’ensemble du territoire.
Au-delà de la zone de 20 km, des plans ORSEC départementaux et zonaux viennent compléter le PPI.
Ils concernent notamment la mise à disposition de comprimés d’iode en cas d’urgence, la mise à l’abri, l’évacuation ou les restrictions de consommation afin de soustraire les personnes à l’ensemble des risques liés à des rejets radioactifs.

 

Que faire en cas d’alerte nucléaire ?

Découvrez les 6 réflexes en cas d’alerte nucléaire  

Les comprimés d’iode ne protègent que de l’iode radioactif, c’est pourquoi d’autres actions pourraient également être nécessaires : la mise à l’abri, des restrictions alimentaires voire l’évacuation. Pour vous protéger, adoptez ces 6 réflexes :

1 > Je me mets rapidement à l’abri dans un bâtiment
Rejoignez sans délai un bâtiment en dur. Si vous êtes déjà dans un bâtiment, isolez-vous de l’extérieur : fermez portes et fenêtres et coupez la ventilation. Si vos enfants sont à l’école au moment de l’alerte, ils seront mis à l’abri par les enseignants.

2 > Je me tiens informé(e)
Respectez les consignes de protection des pouvoirs publics (prise d’iode, évacuation, etc.) diffusées par la radio (France Bleu, France Info, etc.), la télévision (France Télévisions) et le site internet de votre préfecture. Pensez à vous doter, en amont, d’une radio à pile et de piles de rechange.

3 > Je ne vais pas chercher mes enfants à l’école
Restez à l’abri. À l’école, vos enfants sont pris en charge par les enseignants.

4 > Je limite mes communications téléphoniques
Ne saturez pas les réseaux de communication. Ils sont nécessaires à l’organisation des secours et à la transmission d’informations.

5 > Je prends de l’iode dès que j’en reçois l’instruction
La dose d’iode stable doit être prise uniquement et immédiatement à la demande du préfet (suivez la posologie).

6 > Je me prépare à une éventuelle évacuation
Munissez-vous du kit d’urgence que vous aurez préparé au préalable : il comprend en particulier vos papiers personnels, vos éventuels traitements médicaux, des vêtements, de la nourriture et de la boisson. Lors de l’évacuation, respectez les consignes de circulation.

 

EDF IODE banniere internet 300x250

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

dépliant alerte nucléaire, je sais quoi faire !